navigation

Les législatives algériennes: la gueule de bois du lendemain des résultats. 5 mai, 2017

Posté par docteurboudarene dans : autres écrits , trackback

Bonjour la gueule de bois.
La parodie démocratique est fini.
Le vaudeville a pris fin.
Chacun a fait ce qu’il a pu pour bien jouer son rôle.
Un simulacre de démocratie du début de cette « opération » jusqu’à sa fin.
Une comédie.
Nombreux sont ceux qui ne seront pas retenus pour la suite de la pièce.
C’est comme ça.
Tout le monde n’est pas bon.
Oui, il y a des moins bons aussi et des mauvais.
Il y a surtout ceux qui ont bien joué avant, ceux qui ont été bons lors du premier casting.
La constitution des listes…
Contestée et contestable, qu’il m’a semblé.
Ceux qui ont su plaire au sélectionneur ont été « choisis ».
Il suffisait de… pour figurer en bonne position.
Se mettre à plat ventre et/ou payer… la chkara.
Pas besoin de mouiller la chemise pour être, par la suite, retenu au grand casting, à la sélection finale, au verdict « populaire ».
De grands comédiens ceux-là.
Ils ont su s’assurer un rôle pour cinq ans, même si c’est un tout petit.
Même si c’est un rôle insignifiant, un rôle inaudible…c’est quand même un rôle.
Bien payé, il faut le dire.
Des gens qui n’ont jamais travaillé se sont retrouvés avec des retraites 10 à 15 fois plus importantes que ceux qui ont trimé et sué toute leur vie.
Alléchant.
Injuste aussi.
C’est d’ailleurs peut-être ce qui compte le plus, ce qui fait se bouger tous ceux qui veulent être dans cette mascarade.
Chacun sait que les petits rôles font office de figuration, de décor.
Même quand le comédien essaie par des gesticulations tonitruantes de faire entendre sa petite voix.
Personne ne l’entend, ni ceux qui jouent avec lui, ni les spectateurs.
Je veux dire le peuple.
D’ailleurs dans ce spectacle, toutes les voix sont petites, elles ne comptent pas vraiment.
Mais certaines voix reviennent plus souvent, trop souvent, alors elles paraissent audibles.
On les entend, elles semblent importantes.
Elles décident, enfin elles donnent l’illusion de décider.
Les voix qui portent sont en réalité ailleurs, en dehors de ce carnaval.
Fi Dechra, disent certains.
Bizarrement, les voix qui portent on ne les entend pas.
Etrange!
Pour les autres, ceux qui n’ont pas été retenus au grand casting d’hier, la gueule de bois est assurée, ce matin.
La déception et le goût de l’amertume dureront longtemps.
Ils y ont cru jusqu’à la fin.
On leur a fait croire qu’ils pouvaient être dans le jeu.
Un jeu de dupes, pourtant.
Ils ne pouvaient pas ne pas savoir que la partie était perdue d’avance.
Mais n’est-ce pas la raison même d’exister de la comédie?
Faire illusion.
Faire croire pendant un instant que la chose est possible.
Faire rêver en quelque sorte.
Transformer le rêve en réalité.
Mystifier.
Vous voyez, même le comédien peut s’y tromper.
Lui aussi, en participant au vaudeville, peut s’en trouver abusé.
Et le peuple dans tout cela.
Le dindon de la farce?
Sans doute, non.
Cette fois-ci, il n’est pas entré dans la comédie, il est resté spectateur.
Il sera sans doute ainsi de plus en plus.
Il a bien raison, la comédie est la même depuis l’indépendance du pays.
Les mêmes grands comédiens, les mêmes rôles, le même scénario, le même monologue.
Sauf que les spectateurs ne sont plus les mêmes. Ceux là veulent un autre scénario et ils veulent l’écrire.
Tout cela va être bouleversé.
L’histoire est en marche et elle fera inéluctablement son oeuvre, elle apportera le changement.
2019 n’est plus très loin.
Il faut y croire.
Il faut un souffle de jeunesse et de fraicheur à l’action politique dans notre pays. Les acteurs actuels sont usés par la démagogie et la corruption.
L’Algérie est riche de la vitalité de ses jeunes, c’est à eux qu’il appartiendra de bâtir l’avenir.

Commentaires»

  1. Bonjour docteur
    Je ne cesserai de vous interpeler afin d agir avec vos collegues psychiatres
    Vous analysez bien la situation et avez diplomes et capacites pour asseoir votre avis
    Qu en est il,de la conduite a tenir contre cette grave pathologie de la classe politique?
    Tout le monde est responsable du laisser aller , mais vous les psychiatres décelez plus vite les attitudes malsaines et mal intentionnées
    La il s agit en l occurrence d un cas très très grave qu auraient fait les épidémiologiste et infectiologues devant une épidémie
    Croiser les bras ? Non alors la santé mentale prime aussi
    Confraternelle ment

Laisser un commentaire

KeepOpen |
Voyages |
quand j'ai la parole ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Copro89
| Mots de Tête d'Algérie
| ZEN D ESPRIT