navigation

Tentative de coup d’Etat en Turquie! 17 juillet, 2016

Posté par docteurboudarene dans : autres écrits , trackback

Tentative de coup d’Etat en Turquie!
Un putsch qui pas n’a pas abouti.
Le peuple et une partie de l’armée n’a pas suivi. Et pour cause.
Les putschistes ne semblent pas bien connaître la sociologie de leur pays.
Pour autant, rien ne peut être fait si la population s’oppose par son indifférence, son inertie; et en particulier si elle n’adhère pas et si elle le manifeste.
Ce qui semble s’être produit hier en Turquie.
La Turquie profonde est acquise aux thèses islamistes et la majorité des turques a donné sa confiance à Erdogan. Ce dernier n’a fait qu’utiliser le ferment idéologique qui était là pour asseoir progressivement son pouvoir et pour pousser la Turquie vers plus de fondamentalisme religieux.
Le terreau est fertile, Erdogan et ses amis politiques le savent.
Ils savent que les valeurs « imposées » par Kemal n’ont pas pris. Que la greffe a échoué malgré toutes ces années de laïcité et de modernité dont a été garant, jusque là, le régime militaire.
Les islamistes du parti d’Erdogan ont savamment orchestré leur progression dans les sphères du pouvoir avant de prendre, en catimini, mais définitivement le gouvernail du navire Turquie.
L’échec des valeurs initiées par Ataturc – le père de la Turquie moderne – est sans doute dû au fait que les tenants de la laïcité et de la démocratie kémaliennes se sont contentés de les consommer sans les transmettre et surtout sans les partager avec le pays profond.
Ils ont fait de celles-ci (les valeurs de modernité) un espace réservé, un privilège, une espèce d’héritage dédié à une caste que la population turque n’a pas pu s’approprier.
C’est ce qui est arrivé dans tous les pays musulmans, arabes notamment.
Le résultat?
La plèbe, déjà historiquement acquise – les années d’or de l’empire ottoman sont là pour le lui rappeler -, adhère pleinement au discours populiste des religieux. Elle s’est ainsi naturellement engouffrée dans la rigueur dogmatique et l’obscurantisme qui lui est subséquent, parce qu’elle (la population) s’y reconnait et s’y sent bien.
Voilà, de mon point de vue, pourquoi la Turquie est un pays laïque et moderne, en apparence, mais un société profondément attachée à l’esprit de l’islamisme et aux archaïsmes dans lesquels l’Islam politique veut enfermer les peuples.
Il est une erreur de penser que la société turque dans son ensemble est moderne. Son industrie touristique – qui est un véritable poumon économique – et son désir de rentrer dans l’espace européen ne sont qu’un simulacre, un « cheval de Troie », une façon de donner le change et de rassurer les démocraties occidentales, et…une manne économique
Erdogan a très bien compris cela. Ce qui explique assurément son arrogante assurance et ce pourquoi il continue à cultiver cette fausse image de la Turquie.
Ce qui explique aussi le ratage de ce putsch.
Mais Erdogan et ses amis ne trompent plus personne. Les masques sont tombés.
Le putsch qui vient de se produire -même s’il est raté – est une grave fissure. Elle deviendra sans doute béante dans un avenir proche. L’Etat Islamique s’y appliquera.
A moins que…
Je ne le souhaite pas, bien sûr.
Que l’on s’entende bien. Je refuse toute forme de prise de pouvoir par la force et la violence; je ne suis pas favorable aux coups d’Etat militaires mais je rejette également le totalitarisme des Républiques islamistes. L’Algérie, mon pays, a beaucoup souffert du régime militaire et a failli faire – par la faute du pouvoir des képis – l’expérience mortifère du faschisme vert.

Commentaires»

  1. Ce putsch n était il pas un scénario bien orchestré par Erdogan? À votre avis

  2. C’est une hypothèse qui a été évoquée par certains analystes politiques. Personnellement je n’y crois pas.
    De mon point de vue, une vraie tentative de coup d’Etat a eu lieu et elle a échoué.

  3. Croyez vous que les psychiatres de par le monde aient réussi leur mission quand on voit tant de fous gouverner ? La folie dans le monde telle une épidémie non éradiquée.Je ne jette pas la pierre aux psychiatres car quels moyens ont ils mais ne se sentent ils pas frustrer de ne pouvoir stopper cette folie avec contributions des états donc des fous très dure tâche vous en conviendrez

  4. Bonjour,
    Le rôle du psychiatre est de soigner les malades mentaux, non pas de soigner « ces fous qui nous gouvernent », auquel cas, il sort de son rôle de psychiatre pour devenir « sociatre » ou encore politiquiâtre – je l’invente celui là -, cela n’est pas de ses attributions. Le psychiatre est médecin, il va au devant de la souffrance de l’individu mais s’interdit d’aller au delà de celui-ci pour mettre le pied dans le champ social ou politique. Cela ne l’empêche pas bien sûr d’être un citoyen et de réagir à tous les maux qui peuvent concerner la société. De ce point de vue, il peut être un excellent vigile sociale. Mais tous les psychiatres (ou médecins) ne sont pas dans cet état d’esprit. Certains se l’interdisent de facto…ce qui n’est pas mon cas.

Laisser un commentaire

KeepOpen |
Voyages |
quand j'ai la parole ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Copro89
| Mots de Tête d'Algérie
| ZEN D ESPRIT